Attention aux phénomènes de mode

Capture Koons

Source : le ‘nouvel Observateur’

Investissement en art

Posséder une œuvre d’art, c’est une façon de mêler plaisir et patrimoine. C’est une valeur de Prestige et un outil de diversification patrimoniale.

A notre époque où les taux d’intérêts bancaires sont très faibles, où l’insécurité du système bancaire mondial est évidente, les investisseurs se tournent vers des niches dont les valeurs restent sûres et les plus-values bien plus importantes que ce que peuvent offrir aujourd’hui les marchés financiers.

L’art est clairement une solution de placement financier au rendement élevé.


Depuis sa mondialisation le marché de l’art se développe de manière exponentielle, atteignant des valeurs de ventes estimées à 43 milliards d’euros en 2012. «Dans les segments de prix les plus élevés, l’art a acquis un statut d’investissement. Les riches veulent protéger leurs actifs», disait la collectionneuse et auteure américaine Ethan Wagner (Collecting Art for Love, Money and More) lors d’une interview donnée à l’hebdomadaire allemand Die Zeit. L’explosion de certains pays émergents avec leurs nombreux nouveaux milliardaires laisse présager de nombreuses très belles années pour ce marché.


Comment acheter dans un but d’investissement et de gestion de patrimoine en bon père de famille ?

1. Eléments justifiant la valeur d’une œuvre d’art

Plusieurs paramètres entrent en ligne de compte pour chaque tableau :
– La qualité intrinsèque  de l’œuvre : même les plus grands artistes ont laissé derrière eux des œuvres de qualité moyenne, voire médiocre.
– Son auteur et la période dans laquelle l’œuvre s’inscrit.
– Sa rareté : à de rares exceptions près les œuvres originales sont toujours mieux cotées que les multiples.
– L’état général de l’objet : s’il est abîmé, il perdra une partie de sa valeur. Il est important de vérifier la qualité d’une restauration effectuée.
– L’âge de la pièce et sa taille sont également à prendre en compte.
Cela dit, l’estimation par un expert ne tient pas seulement compte de l’objet en lui-même. Le prix peut être également influencé par la provenance, les précédents propriétaires.

2. Oubliez tous les phénomènes de mode

Les pièges du marché sont nombreux et le collectionneur non averti n’y verra peut-être que des paillettes et se nourrira d’espoirs hélas vite déçus.

3. Adressez-vous à des professionnels sérieux du marché.

Si vous n’avez pas une grande habitude du marché des enchères évitez les ventes publiques mais prenez des conseils auprès de professionnels qui vous orienteront après avoir saisi vos désirs et attentes.
Les courtiers ont souvent plus de liberté que les galeries qui défendent principalement leurs artistes.

4. Le prix

Sauf cas exceptionnels, n’espérez pas acheter une œuvre en dessous de son prix estimé en vente publique mais jetez votre dévolu sur des pièces de très bonne qualité, sans vice caché et dont l’authenticité ne fait aucun doute.

5. L’expertise

Les certificats établis par les experts auprès des tribunaux n‘ont pas grande valeur sur le marché. Pour chaque artiste existe un expert international ou un comité qui délivre les certificats si l’œuvre n’est pas encore reproduite dans le  catalogue raisonné de l’œuvre peint par l’artiste.

Une fois l’œuvre acquise, l’entreposage reste un poste non négligeable pour la conservation de votre patrimoine. Beaucoup désirent que les œuvres achetées dans un but purement financier ne soient pas accrochées à leurs murs. Les sociétés spécialisées dans le transport des œuvres d’art offrent souvent un service ‘garde meubles’ qui répond très bien à la conservation des pièces (température et degré d’hygrométrie constants), sécurité, assurances, …