Les taux négatifs accroissent l’investissement dans le Marché de l’Art

euro

L’économie mondiale est confrontée à un des plus grands défis de ce siècle que sont les taux négatifs pratiqués par les banques centrales qui ruinent toute forme d’épargne en numéraire, d’où l’explosion du Marché de l’Art où Artprice™ a démontré, sur des millions de transactions, que le rendement d’une œuvre de 20 000€ est de 9%; et pour une œuvre de 100 000€ un rendement perpétuel de 12 à 15%. Le Marché de l’Art a connu une croissance en volumes de 1200% depuis 2000.

Le Marché de l’Art s’affirme depuis 16 ans comme une valeur refuge face aux crises économiques et financières avec des rendements conséquents et récurrents.

Le Marché de l’Art est un marché efficient, historique, mondial et dont la capacité à résister aux crises économiques et géopolitiques n’est plus à démontrer.

Alors que les Banques Centrales appliquent des taux négatifs, le Marché de l’Art affiche une santé insolente avec par exemple une progression de 1 200% des recettes annuelles enregistrées sur le seul segment de l’Art Contemporain en 16 ans et une progression linéaire de la valeur moyenne d’une œuvre d’art de +43%. Ces rendements ne sont pas réservés aux artistes stars. En effet, on obtient des rendements déjà significatifs de 9% dès que le prix d’une œuvre franchit le prix de 20 000€.

Les prix de l’art ne cessent ainsi de changer d’échelle. Après avoir stagné sur une fourchette haute de 10 m$ dans les années 1980 puis atteint au cours des années 2000 la barre des 100 m$, ils ont franchi le 5 février 2015 selon « The New York Times » la barre des 300 m$ avec la vente d’un Gauguin par un acheteur qatarien. Cette échelle est, selon Artprice™, « appelée à franchir le milliard de dollars très prochainement ».

Sources : Artprice™

 

Didier Fettweis

Si vous désirez recevoir par mails nos nouvelles  (1 à 2 mails par mois) cliquez ici : inscription