Ventes aux enchères vs Art Basel

im-20

Robert Indiana, Decade: Autoportrait (1968-1971).
Courtesy of Galerie Gmurzynska

Après les ventes aux enchères newyorkaises en demi-teintes, tous les professionnels du marché de l’art avaient les yeux tournés vers Bâles où se déroulait la plus importante foire d’art contemporain du monde la semaine dernière.
Hauser and Wirth (Zürich, Londres et New-York) déclarait à la presse avoir remarqué que le marché privé était en excellente santé, que leur approche du marché asiatique ont portés ses fruits avec plusieurs ventes multi-millionnaires.

Cette galerie n’est pas la seule à clamer sa satisfaction de la foire de Bâles. La galeire Mnuchin de New York, David Zwirner, la Pace, Acquavella, Gmurzynska, la galerie Thomas , pour ne citer qu’eux ont également déclarer des ventes très importantes prouvant ainsi que non seulement l’art très contemporain avait le vent en poupe mais également l’art moderne et l’art d’après-guerre.
Voilà de quoi rassurer tous les acteurs du marché de l’art.

Didier Fettweis

Si vous désirez recevoir par mails nos nouvelles  (1 à 2 mails par mois) cliquez ici : inscription